Forum Cultures, Traditions et Echanges sur la région de Tlemcen
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La médisance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Djezzy
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 5155
Age : 66
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: La médisance   Ven 6 Oct - 16:51

DEFINITION DE LA MEDISANCE

La médisance consiste à évoquer le défaut de son frère en Islam pendant son absence, d’une manière qui lui déplairait s’il en était informé, et ce, sans aucune nécessité. Par « le défaut de son frère », j’entends exclure les propos élogieux. Par « en Islam » j’entends exclure l’infidèle, car le médire n’est pas une médisance. Par « pendant son absence » j’entends exclure le fait de parler d’une personne présente. Cela ne constitue pas une médisance selon le plus juste des avis des ulémas.

Par « qui lui déplairait s’il en était informé » j’entends exclure tout propos qui lui plairait. Par « sans aucune nécessité » j’entends exclure les propos nécessaires compte tenu d’un intérêt légal. C’est, par exemple, comme un avertissement lancé à propos d’un innovateur pour que l’on évite de tomber dans son innovation. Encore que, même dans ce cas, il faille se conformer à certaines choses :

La première en est la sincérité à l’égard d’Allah le Très Haut et la volonté de Lui complaire (exclusivement). La deuxième est de limiter les propos au défaut bien précis et éviter de le dépasser inutilement.

Les ulémas son tous d’avis que la médisance est prohibée en l’absence d’un intérêt le justifiant. Le plupart d’entre eux affirment résolument que la médisance relève des péchés majeurs. Elle comporte différents degrés dont certains sont plus graves que les autres. Médire un uléma n’est pas comme médire un ignorant. A ce propos le Très Haut dit : «ne médisez pas les uns des autres. L' un de vous aimerait- il manger la chair de son frère mort? (Non!) vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux. » (Coran, 49 : 12).

Selon le Sahih de Mouslim, Al-Alaa ibn Abd Rahman a rapporté d’après son père d’après Abou Hourayra (P.A.a) que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Savez-vous ce qui est la médisance ? » – « Allah et son messager le savent mieux » – « c’est dire de ton frère ce qui ne lui plaît pas » –« Et si ce que je dis de lui était vrai ? » – « S’il est comme vous dites, vous avez commis une médisance à son égard. S’il n’est pas comme vous dites, vous l’avez calomnié ».

Dans ses Sunan, Abou Dawoud a rapporté par la voie de Nawfal ibn Massahiq d’après Said Ibn Zayd que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Une des pires formes de l’usure consiste à violer injustement l’honneur du musulman ».

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Certes, votre sang, vos biens et votre honneur sont aussi sacrés que ce jour, ce mois et cette contrée. Que le présent en informe l’absent. Car le premier peut parfois transmettre un enseignement à un absent plus apte que lui à le comprendre ». Ce hadith est cité dans les deux Sahih à partir d’un hadith d’Abou Bakra.

L’un des pires implications de la médisance, l’une de ses formes les plus graves, consiste à dénigrer un musulman, à le mépriser, à le vilipender, à s’efforcer à l’humilier, à lui ôter le respect et à violer son honneur. Ce caractère odieux, cette grande maladie fait partie des péchés majeurs, et son auteur encourt une menace et un dur châtiment.

Cheikh Soulayman ibn Nassir al-Alawan (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Djezz93.skyrock.com/
dûne
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Masculin
Nombre de messages : 900
Age : 56
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: La médisance   Lun 18 Déc - 21:58

Djezeria a écrit:
DEFINITION DE LA MEDISANCE

La médisance consiste à évoquer le défaut de son frère en Islam pendant son absence, d’une manière qui lui déplairait s’il en était informé, et ce, sans aucune nécessité. Par « le défaut de son frère », j’entends exclure les propos élogieux. Par « en Islam » j’entends exclure l’infidèle, car le médire n’est pas une médisance. Par « pendant son absence » j’entends exclure le fait de parler d’une personne présente. Cela ne constitue pas une médisance selon le plus juste des avis des ulémas.

Par « qui lui déplairait s’il en était informé » j’entends exclure tout propos qui lui plairait. Par « sans aucune nécessité » j’entends exclure les propos nécessaires compte tenu d’un intérêt légal. C’est, par exemple, comme un avertissement lancé à propos d’un innovateur pour que l’on évite de tomber dans son innovation. Encore que, même dans ce cas, il faille se conformer à certaines choses :

La première en est la sincérité à l’égard d’Allah le Très Haut et la volonté de Lui complaire (exclusivement). La deuxième est de limiter les propos au défaut bien précis et éviter de le dépasser inutilement.

Les ulémas son tous d’avis que la médisance est prohibée en l’absence d’un intérêt le justifiant. Le plupart d’entre eux affirment résolument que la médisance relève des péchés majeurs. Elle comporte différents degrés dont certains sont plus graves que les autres. Médire un uléma n’est pas comme médire un ignorant. A ce propos le Très Haut dit : «ne médisez pas les uns des autres. L' un de vous aimerait- il manger la chair de son frère mort? (Non!) vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux. » (Coran, 49 : 12).

Selon le Sahih de Mouslim, Al-Alaa ibn Abd Rahman a rapporté d’après son père d’après Abou Hourayra (P.A.a) que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Savez-vous ce qui est la médisance ? » – « Allah et son messager le savent mieux » – « c’est dire de ton frère ce qui ne lui plaît pas » –« Et si ce que je dis de lui était vrai ? » – « S’il est comme vous dites, vous avez commis une médisance à son égard. S’il n’est pas comme vous dites, vous l’avez calomnié ».

Dans ses Sunan, Abou Dawoud a rapporté par la voie de Nawfal ibn Massahiq d’après Said Ibn Zayd que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Une des pires formes de l’usure consiste à violer injustement l’honneur du musulman ».

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Certes, votre sang, vos biens et votre honneur sont aussi sacrés que ce jour, ce mois et cette contrée. Que le présent en informe l’absent. Car le premier peut parfois transmettre un enseignement à un absent plus apte que lui à le comprendre ». Ce hadith est cité dans les deux Sahih à partir d’un hadith d’Abou Bakra.

L’un des pires implications de la médisance, l’une de ses formes les plus graves, consiste à dénigrer un musulman, à le mépriser, à le vilipender, à s’efforcer à l’humilier, à lui ôter le respect et à violer son honneur. Ce caractère odieux, cette grande maladie fait partie des péchés majeurs, et son auteur encourt une menace et un dur châtiment.

Cheikh Soulayman ibn Nassir al-Alawan (www.islam-qa.com)
je remonte le sujet..........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brume
Membre VIP
Membre VIP


Féminin
Nombre de messages : 1388
Age : 69
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: Re: La médisance   Lun 18 Déc - 22:31

La médisance peut nous révéler nos erreurs ou nos défauts, mais elle fait naître, d'une part, la confusion, car nous sommes blessés d'être jugés ; d'autre part, le chagrin, car elle apparaît comme une marque d'antipathie. Ces critiques nous atteignent plus vivement encore si elles sont formulées avec ironie, moquerie ou mépris.

Lorsqu'elle ne fait que souligner des défauts que nous avons et que nous connaissons, nous sommes atteints dans notre amour-propre et dans notre besoin d'affection, mais nous avons assez de courage pour reconnaître nos torts et prendre d'énergiques décisions à ce sujet. Dans cette alternative, le mal qui nous est dit a un effet salutaire.

Il est bien sûr que, si nous n'avons qu'une faible valeur morale, la médisance a surtout pour résultat de nous faire éprouver du dépit, de l'irritation, de l'humiliation.

Lorsque la médisance nous révèle des défauts que nous avons, mais que nous ignorions, nous sommes atteints dans notre désir, dans notre besoin de nous estimer nous-mêmes, dans notre fierté et nous avons le sentiment d'une déchéance.

Elle est à différencier de la calomnie
La calomnie nous accuse de torts, de défauts, de vices que nous n'avons pas. Elle provoque une certaine amertume de l'isolement moral et suscite, en règle générale, l'indignation et la révolte contre l'incompréhension ou la méchanceté ainsi que l'abattement, le désespoir.

Notre réputation et notre honneur sont alors atteints et nous pouvons douter de la vertu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La médisance   Aujourd'hui à 2:58

Revenir en haut Aller en bas
 
La médisance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ami(e)s de Medroma et sa région :: Les ami(e)s de Medroma et sa région :: Religion-
Sauter vers: