Forum Cultures, Traditions et Echanges sur la région de Tlemcen
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelles d'ALGERIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
AuteurMessage
sabri
Membre VIP
Membre VIP


Masculin
Nombre de messages : 1963
Age : 45
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Lun 9 Oct - 23:42

Djazairia95 a écrit:
Ce soir sur canal algerie:
ALGERIE/GAMBIE en qualification de la coupe d'Afrique
resultat 1 a 0 pour l algerie , but de karim ziani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djezzy
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 5155
Age : 66
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Mar 10 Oct - 15:13

sabri a écrit:
Djazairia95 a écrit:
Ce soir sur canal algerie:
ALGERIE/GAMBIE en qualification de la coupe d'Afrique
resultat 1 a 0 pour l algerie , but de karim ziani

bien et c quoi le but de ce match (une qualification ou bien un match amical ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Djezz93.skyrock.com/
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 20 Oct - 16:42

Le phénomène du port du voile prend de l’ampleur
Le hidjab sous toutes ses coutures

Elles sont de plus en plus nombreuses ces Algériennes, qu’elles soient lycéennes, collégiennes, universitaires et même écolières, à porter le voile, communément appelé le hidjab. De gré ou de force. Cet accoutrement typiquement islamique, qui a connu ses « années de gloire » en Algérie avec l’avènement du Front islamique du salut (FIS), est « importé » tout droit du Moyen-Orient et des pays du Golfe.

Cette tenue, qui a tout de même survécu à la mort de ce parti, colle, aujourd’hui, à la peau de la jeune fille et de la femme algériennes et prend une place de choix dans le circuit commercial national. Pourquoi donc nos filles et nos femmes sont subitement attirées par le hidjab ? Qu’est-ce qui explique ce soudain excès de religiosité en Algérie qui frise la hidjabmania ? Plongée dans l’univers du hidjab algérien sous toutes ses coutures. Si en Tunisie les autorités viennent de déclencher une campagne antihidjab suivant une fetwa « politique » du président Zine El Abidine Benali, en Algérie, on semble s’accommoder avec cette tenue de plus en plus prisée par les jeunes filles. Le fait est que les femmes voilées ne sont jamais inquiétées par les autorités dans leurs lieux de travail. Et c’est comme cela que les Algériennes en hidjab ont grignoté des espaces et bénéficié de la mansuétude des autorités. Au 40, rue Larbi Ben Mhidi (ex-rue d’Isly), le magasin ne désemplit presque pas. Sageda, cette grande boutique, au nom évocateur, appartenant à un Jordanien, est devenue, ces derniers mois, La Mecque des femmes et des filles de tout âge. Et pour cause, elle propose toutes sortes de hidjab (voile) et une variété de khimar (écharpe) déclinés dans toutes les couleurs et sous toutes les coutures. Bien située dans cette rue emblématique au cœur d’Alger, Sageda attire toutes les femmes et les filles de passage, qu’elles soient voilées ou en voie de l’être. Elle met d’emblée l’acheteuse dans l’atmosphère ensorcelante de la spiritualité avec ces cantiques religieux et ses « madaihs » diffusés à pleins décibels par une chaîne Hi fi. Le décor, lui est impressionnant. Le propriétaire a même usé de mannequins « made in » pour mettre en valeur le raffinement de ses tenues et leur élégance. Les jeunes filles qui y font un tour sont assitôt happées par ces beaux visages en plastique et soigneusement voilés, disposés dans tous les sens. Ils invitent presque les « clientes » à les imiter... Les couleurs, elles, sont très chatoyantes à la limite du sexy. Le patron a voulu sans doute accéder au goût des Algériennes qui aimeraient marier agréablement religion et classe…

« Zine Ou Dine », ou le hidjab « high-tech »

Et pour cause, beaucoup de jeunes filles ne veulent point « enterrer » leur beauté dans le hidjab. Porter le voile c’est bien, mettre en valeur leurs atouts physiques, c’est encore mieux. C’est là toute la philosophie et la religion des partisanes de plus en plus nombreuses de « zine oua dine » (beauté et religion). C’est ce qui explique, du reste, le rush des filles et des femmes vers le magasin Sageda qui leur propose ces hidjab version moderne. Le succès commercial de ce voile « light » désormais, préféré à celui conventionnel (noir généralement) en vogue jusque-là, est tel, que le patron jordanien de Sageda a ouvert trois autres magasins à Alger pour faire face à une demande de plus en plus grandissante pour ce hidjab très tendance. Le patron de ces magasins a curieusement intimé à ses agents l’ordre de ne rien dire aux journalistes sur son business. Nous avons d’ailleurs vainement demandé des explications sur le boom que connaît le commerce du hidjab. Le boss de Sageda, qui a été informé au téléphone par son agent de notre présence, l’a instruit… d’avaler sa langue. « Nous n’avons pas encore les papiers, nous sommes juste des importateurs, ne lui dites rien… », ce sont là les bribes de la conversation que nous avons pu capter entre le patron et son subalterne. A-t- il vraiment quelque chose à cacher ? La « hidjab mania » a-t-elle donné naissance à une « hidjab connexion » ? Les voies de ce business semblent pour l’heure impénétrables.Ce circuit commercial fort juteux est partagé entre Jordaniens, Syriens, Koweitiens et à un degré moindre les Saoudiens. Et les Algériennes raffolent de ces tenues qui leur confèrent, pensent-elles, le statut de musulmanes pratiquantes bon chic, bon genre (BCBG). Le sombre hidjab noir ou marron a nettement perdu la côte auprès des jeunes filles qui lui préfèrent un voile aux couleurs plutôt vives et bigarrées. Quitte à faire entorse aux préceptes de l’Islam, recommandant plutôt les couleurs sombres. Mais si on relève une nouvelle tendance nettement plus moderne du port du voile islamique et l’abandon progressif du « noir corbeau », il faut reconnaître généralement que le hidjab est devenu un phénomène de société en Algérie. Par conviction, par frime, de force ou simplement en raison d’une indigence sociale, elles sont de plus en plus nombreuses à adopter le hidjab, y compris parmi les femmes issues des catégories socioprofessionnelles théoriquement « vaccinées » contre l’intégrisme religieux et ses signes ostentatoires. Il s’avère en effet que le voile n’est plus désormais perçu comme un signe d’intégrisme.

Le haut et le bas !

Le choix des hidjab sous forme d’ensembles en deux pièces (pantalon manteau) en est l’illustration. Il est significatif de remarquer la nouvelle tendance du « hidjab » qui fait fureur en ce moment et qui consiste pour les jeunes filles à porter uniquement un khimar et un haut sans se soucier du « bas ». Ce voile à moitié qui associe beaucoup le jean est très en vogue. Malika, stagiaire dans une banque publique, se sent très à l’aise dans son khimar « correct » et sa longue jupe orange qui met en valeur les rondeurs de son corps. « C’est vrai, je vous l’accorde, les préceptes du Coran précisent bien que le hidjab doit être sombre, mais moi, pour l’instant, je préfère m’habiller comme cela. » Par pudeur, Malika ne veut peut-être pas évoquer les vraies raisons. « Rabbi yahdîna mena lelqedam ! (que Dieu nous guide) », dit-elle. Chez Malika, la conviction est bien sûr indiscutable, mais le cœur y est aussi. « Par les temps qui courent, une belle fille voilée est très recherchée par les jeunes qui souhaitent se marier avec une fille de bonne famille. Le hidjab rassure au moins que la fille n’a pas d’antécédents en termes de fréquentation », pense Mustapha, cadre. Ainsi donc, le souci du mariage serait un motif assez sérieux qui pousse les jeunes filles à porter le hidjab précocement pour attirer les regards des hommes pieux. L’explication la plus répandue est que les filles de « bonne famille » ne courent pas les rues. Au sens propre et au figuré. La réflexion de Mustapha paraît cependant assez naïve en ce sens que la fille modèle n’est pas forcément celle qui porte le voile. Du moins chez nous. Il y a tout juste une semaine, un imam, d’une grande mosquée de la banlieue ouest d’Alger, a interdit aux jeunes filles de venir accomplir la prière des tarawih les accusant de faire du racolage. Cet homme de culte a même expliqué à tous les habitants du quartier via un haut-parleur ce qui l’a amené à excommunier les jeunes filles. « Sachez, ô croyants, que vos filles qui enfilent chaque soir leur hidjab pour, prétendent-elle, venir accomplir la prière des tarawih, ne rentrent jamais à la mosquée. Elles passent leur temps à attendre qu’elles soient embarquées dans des voitures sur la route et reviennent juste à la fin de la prière et vous font croire qu’elles étaient à la mosquée. » Ce terrible constat de cet imam, qui a dû prendre la décision extrême contre le gent féminine, témoigne à l’évidence que, de jour comme de nuit, toutes les filles et toutes les femmes voilées ne sont pas forcément les parangons de la vertu, ni les vraies gardiennes du temple. Il suffit de lever un coin du voile sur ce phénomène et on aurait sans doute droit à de grosses surprises… Nadia 25 ans, voilée, vient au moins deux fois par semaine de Tipaza à Alger. Motif ? « Juste pour sortir et aller à Alger me changer les idées. Le hidjab est mon meilleur allié puisque mes parents ne se doutent bien sûr de rien. Sans cela, il m’aurait été impossible de bouger de la maison ! » Pour Nadia, la conviction est accessoire à la fonction sociale que remplit son hidjab. Dalal, 28 ans, fonctionnaire dans un grand hôpital d’Alger, a dû fuguer de chez elle pour une histoire de hidjab. Obligée par son grand frère de le porter, Dalal s’y est astreinte mais n’a pas pour autant lâché son petit ami, plutôt branché, qui vit à Londres. Son frère lui intima plus tard l’ordre de porter le djelbab (variante plus rigoriste du voile islamique). Ne pouvant plus supporter, Dalal a filé à… l’anglaise rejoindre son amour à Londres. Ils se sont mariés depuis trois ans.

Hidjab : Ce cache-misère

Il est bien sûr difficile de connaître le nombre exact de jeunes filles qui comme Dalal ont été forcées à se voiler. Tout comme il est difficile de ne pas tenir compte des ces jeunes filles qui adoptent le hidjab uniquement pour cacher une malformation du visage ou du corps. Parfois, c’est simplement le mal-être qui pousse certaines filles à se voiler. Evidemment, il est quasiment impossible de trouver une femme qui pourrait expliquer son recours au voile par son physique pas très attrayant par exemple. Par pudeur, elles mettent souvent en avant la conviction. Une conviction qui cache mal le fossé séparant l’être et le paraître. Un autre genre de jeunes filles voilées se recrute parmi les indigentes, socialement parlant. N’ayant pas une grande garde-robe, ou carrément une robe de rechange, beaucoup de malheureuses filles, des étudiantes notamment de l’intérieur du pays, adoptent le hidjab pour servir de… cache-misère. Il faut tout de même reconnaître que le port du voile en Algérie tient beaucoup plus aux convictions religieuses. Il est utile de souligner ici le rôle des chaînes de télévision satellitaire du Golfe dans la multiplication de ses adpetes. « Vous savez, je suis prête à faire tout ce que dira Amr Khaled, c’est un grand mufti et un vrai connaisseur de l’islam. » L’argument de Safia est sans doute partagé par des milliers de jeunes filles qui vénèrent le célèbre prédicateur égyptien. Prêchant un islam tolérant et une pratique moins rigoriste et peu orthodoxe, Amr Khaled est devenu la coqueluche des jeunes filles qui voient en lui « le modèle d’un musulman pratiquant en costume et sans barbe ». Ses cassettes, ses CD ainsi que ses nombreux livres sont avalés comme de l’eau bénite. A lui seul, ce prédicateur qui sévit sur la chaîne Iqra, fait campagne pour un Islam moderne qui s’accommode du hidjab tendance et des bienfaits de la modernité.

Khimar et… Jean « Diesel »

Djamila, étudiante en 7e année de médecine à Tizi Ouzou fait partie de celles qui ont succombé à la capacité de persuasion de Amr Khaled. Depuis un mois elle porte le hidjab. Un hidjab qui, espère-t-elle, lui épargnera les mauvaises surprises pendant ses gardes à l’hôpital. Farida est simplement influencée par sa voisine de palier. « Elle me parlait tellement du hidjab, que j’ai fini par le porter sans trop savoir comment », avoue-t-elle. Meriem, journaliste dans un grand journal francophone, avoue y avoir pensé depuis quelque temps déjà. « La mort de mon père à été pour moi un déclic pour porter le hidjab », reconnaît-elle. Meriem, Djamila, Malika et toutes ces Algériennes qui font partie de la nouvelle vague des « converties » au hidjab, n’ont pas forcément abandonné leurs beaux habits modernes. Elles marient ostensiblement de scintillantes vestes et khimar avec des jeans estampillés « Diesel ». Beaucoup parmi ces jeunes filles n’observent pas les consignes strictes du port du hidjab telles que le choix des couleurs et le camouflage des rondeurs du corps. Pis encore, certaines « moutahadjibates » enfreignent même la sacro-sainte règle islamique qui veut que la femme voilée ne doit pas serrer la main à un homme. En Algérie, hidjab ou pas, nos filles et femmes recourent même aux embrassades et autres accolades au point où la bise est devenue un autre phénomène de société. Et les femmes voilées semblent s’y adapter. C’est dire que même en matière de hidjab, les Algériennes font exception.
Hassan Moali 'El Watan" 19.10.2006
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 27 Oct - 0:33

3 millions d’internautes en Algérie

lundi 23 octobre 2006.
Le secteur de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication a enregistré un volume global des investissements de près de 5 milliards de dollars dont un peu plus de 4 milliards en investissement direct étranger. 120.000 emplois ont été créés.

C’est ce qui ressort du rapport présenté, hier, au président de la République dans le cadre des auditions des membres du gouvernement. Constituant un des secteurs clés dans le développement du pays, la poste et télécommunication a connu ces dernières années une réforme basée sur une politique de libéralisation et une stratégie d’accompagnement, en vue de construire un secteur compétitif. Ainsi le parc total d’équipements d’abonnés fixes a atteint 4.010.000, le nombre d’abonnés aux réseaux fixe et mobile a atteint, respectivement, 2.860.000 et 18.600.000 contre 1.800.000 et 54.000 en 2000, la densité téléphonique fixe a atteint 8,35% contre 5,02 en 2000, la densité téléphonique mobile est passée à 56,4% contre 0,26% en 2000. La densité globale (fixe et mobile) a ainsi fait un bond prodigieux en passant de 5,28% en 2000 à près de 65% à fin juillet 2006. Près de sept Algériens sur dix ont accès au réseau téléphonique, le nombre d’accès à large bande ADSL (ligne asymétrique numérique d’abonné), inexistant en 2000, a atteint 700.000 à juillet 2006, le nombre de cybercafés, de kiosques multiservices et de taxiphones installés sur la voie publique s’élève respectivement à 5.900, à 38.000 et à 5.000, le nombre d’internautes est estimé à un peu plus de 3.000.000, le réseau national de fibre optique s’est étendu et densifié pour atteindre 26.000 km contre 7.000 km seulement en 2000, le réseau national de faisceaux hertziens numériques est passé de 21.400 km en 2000 à 42.500 km à juillet 2006.

Pour permettre à la population d’accéder aux réseaux téléphonique et postal, à des tarifs raisonnables avec une qualité de service technique et commerciale spécifiée, le mécanisme du service universel, tel que défini par la loi n°2000-03 du 5 août 2000 et par le décret exécutif n°03-232 du 24 juin 2003, est mis en oeuvre. Il concernera dans une première étape les populations de 1.031 agglomérations comptant entre 800 et 2.000 habitants non encore raccordées au réseau des télécommunications et 48 localités de plus de 6.000 habitants ne disposant pas actuellement de bureaux de poste.

Malgré ce progrès, le secteur enregistre d’importantes listes d’attente en matière de services téléphoniques (plus de 700.000 demandes pour le téléphone fixe et plus d’un million de demandes pour les lignes téléphoniques mobiles), un retard dans l’utilisation de l’Internet et une absence d’un environnement encourageant la recherche et l’innovation. En parallèle de ces réalisations, le secteur a connu, aussi, la refonte de l’environnement juridique et institutionnel, dont, notamment, l’ouverture des marchés de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. L’ouverture à la concurrence a donné lieu à l’attribution de 3 licences et d’autorisations au profit de 3 opérateurs de téléphonie mobile GSM, 3 aux opérateurs de téléphonie par satellite VSAT, 3 aux opérateurs GMPCS et 2 aux opérateurs pour la téléphonie fixe internationale, interurbaine et de boucle locale. 37 fournisseurs de services Internet, 8 opérateurs de transfert de voix sur IP, 10 audiotex et 4 centres d’appel, 5 opérateurs pour le courrier accéléré international. D’autres attributions de licences de téléphonie mobile 3e génération sont prévues pour l’année prochaine. Dans le cadre du programme de coopération de l’Union européenne Meda II, quatre projets pilotes portant sur la « e-école », la « e-commune », le centre de recherche documentaire parlementaire, l’Observatoire de la société de l’information, ont été réalisés en concertation avec les ministères concernés et seront mis en oeuvre dans le courant du 1er semestre 2007.

L’initiative « un PC par foyer », lancée l’année dernière, en partenariat avec les banques, les assembleurs de PC, les fournisseurs d’accès ADSL, les éditeurs de logiciels, les fabricants de processeurs et les opérateurs de télécommunication, a enregistré à ce jour, 700.000 ordinateurs vendus.

B.Mokhtaria - Le Quotidien d’Oran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Jeu 30 Nov - 16:27

La progression de la maladie appelle des mesures urgentes
740 sidéens et 2092 séropositifs en Algérie
Source : L'Expression
Le soutien financier de l’ONU à notre pays a été suspendu.

La lutte contre le sida en Algérie est loin d’atteindre les objectifs escomptés. La pandémie est en nette progression, faisant des dizaines de victimes. Le constat est alarmant et des mesures urgentes doivent être prises par les pouvoirs publics, aussi bien sur le plan thérapeutique que pédagogique.
Présentant le bilan 2006 des activités de l’association Aids Algérie qu’il préside, ce, avant la célébration, le 1er décembre, de la Journée mondiale de lutte contre le sida, Adel Zeddam a mis en exergue les campagnes de sensibilisation et d’information lancées par l’association au profit des jeunes (20 à 30 ans), les plus exposés au VIH/sida.
Aids Algérie s’est ainsi déployée dans 15 wilayas où ses actions de sensibilisation ont touché plus de 148.000 personnes, 34 associations et 142 élus locaux, alors que 800.000 préservatifs étaient distribués gratuitement. Tous les partenaires nationaux et étrangers, dont le programme des Nations unies de lutte contre le sida et la Banque mondiale, ont été mobilisés pour lutter contre cette pandémie. Selon les dernières statistiques (septembre 2006), l’Algérie compte 740 sidéens, dont 282 sont morts, et 2092 séropositifs. Les précédentes statistiques, fin novembre 2004, faisaient état de 635 malades du sida et de 1657 séropositifs. En 2003, il y avait en Algérie 605 cas de sida et 1373 séropositifs, selon des chiffres officiels. Une moyenne de 40 nouveaux cas de sida et de 120 nouveaux cas de séropositivité sont enregistrés, chaque année, en Algérie, selon le ministère de la Santé.
Bien que de «progression lente» par rapport à d’autres pays, c’est là un bilan inquiétant de par son «accroissement sensible», qu’a présenté récemment A. Zeddam. Il a, en outre, déploré la suspension par l’ONU de son soutien financier à l’Algérie, pionnière en matière de lutte contre le sida en Afrique du Nord et au Moyen-Orient portant ainsi préjudice à la crédibilité de l’Algérie.
Les onze associations nationales spécialisées dans ce domaine ont vu leurs activités compromises, car privées d’une importante ressource financière.
Et pour cause, le Fonds des Nations unies de lutte contre le sida a consacré à l’Algérie 8.900.000 dollars pour une durée de trois ans alors que seulement 2,5 millions de dollars ont été dépensés, ce qui constitue, estime le Fonds, un retard flagrant dans l’utilisation des fonds alloués à l’Algérie. Mme Samia Lounès, coordonnatrice de l’organisation onusienne pour la lutte contre le sida en Algérie, a annoncé l’introduction d’un nouveau programme de lutte en Algérie pour la période 2007-2011.
Il porte sur trois axes principaux qui permettent aux malades de bénéficier des mesures de prévention de manière progressive. Cependant, parler de sida en Algérie, demeure un tabou, d’autant plus que pour des considérations religieuses, il est inconcevable de lier la lutte contre cette maladie à la simple utilisation du préservatif. Un usage qui est en lui-même une atteinte à l’Islam, puisque les relations extraconjugales sont catégoriquement bannies.
Par ailleurs, Mme Lounès a indiqué que le rapport mondial rendu public en 2005 par l’Onusida et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), fait état de 38,5 millions de sidéens recensés de 1985 à 2005. En dépit de ces efforts, «4 millions de nouveaux cas et 3 millions de cas de décès ont été enregistrés en 2005», a rappelé Mme Lounès, ajoutant que «11.000 sidéens sont enregistrés chaque jour à travers le monde dont 50% parmi les jeunes». La Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) a mené récemment une intéressante enquête sur le comportement des nationaux vis-à-vis du sida.
Il ressort des résultats de cette investigation qui a touché un éventail de 5317 individus âgés de moins de 20 ans à plus de 35 ans, que 40% d’entre eux s’estiment être mal (ou très mal) informés de la maladie et sur les moyens de prévention alors que 58% déplorent l’insuffisance d’informations à ce sujet et 67% demandent encore plus d’informations, de prévention, et aussi davantage de sensibilisation.
Durant la campagne d’information qui se déroule du 25 novembre au 5 décembre, de nombreuses conférences de sensibilisation, expositions, de formation des médiateurs et d’étudiants, notamment africains en Algérie, se tiendront dans diverses villes d’Algérie. Nous citerons particulièrement la conférence débat, autour du thème «Sida 2006 et recherche,passer aux actes», programmée hier en fin de journée, à la Bibliothèque nationale et animée par le professeur Kamel Senhadji, directeur de recherche à Lyon (France), spécialiste du sida.

Abdelkrim Amarni
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Jeu 30 Nov - 16:30

Augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz
Sonelgaz persiste
Source : Le Maghreb
M. Nourredine Bouterfa était l'invité de la Chaîne III hier : Sonelgaz tient à l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz. C'est du moins ce qui ressort de l'intervention faite, hier, sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale par le P-DG de cette entreprise.

En effet, lors de son passage dans l'émission "L'invité de la rédaction", M. Nourredine Bouterfa, est revenu sur les enjeux majeurs auxquels la société algérienne de l'électricité et gaz fait, et devrait faire face. Il entamera, donc, son intervention par l'augmentation des tarifs des prestations offertes par son entreprise. A en croire les dires du responsable, ce projet est bel et bien sur la table du gouvernement qui devrait trancher sur cette affaire : soit en accordant son feu vert quant à l'augmentation des tarifs soit en accordant des subventions à Sonelgaz. En attendant, les projets de la société sont soutenus grâce aux " fonds de tiroir et aux financements que nous venons de mettre en place" . Mais, toujours est-il que si la Sonelgaz n'obtiendra pas l'augmentation des tarifs durant l'année 2007, elle vivra "une situation très difficile". M. Bouterfa citera, en ce sens, l'éventuelle " rupture de la trésorerie" qui pourrait s’avérer élevée. Elle serait de l'ordre de quelque 10 milliards de dinars, selon, M. Bouterfa, qui évoquera par là même les problèmes qui subsistent entre la Sonelgaz et les mauvais payeurs : abonnés ordinaires, administrations et secteur économique. Les moyens susceptibles d'assurer le recouvrement de ces créances, qui sont estimées à pas moins de 20 milliards de dinars, ne sont très différents : la Sonelgaz fixera des échéanciers à ses clients. Mais, " en dernier ressort nous n'avons pas d'autres alternatives que la coupure", a noté, M. Bouterfa, indiquant que pour ce qui concerne " les investissements à court terme et ceux déjà engagés ", la Sonelgaz aurait assuré leurs financements, par contre, pour les projets à engager et qui sont nécessaires pour les années à venir, la société aura des problèmes à les réaliser, et ce, dans où elle n'aura pas les ressources ou les financements qu'il faut. La Sonelgaz aura également du mal à rembourser ses dettes qu'elle a contractées pour faire face aux investissements actuels. Evoluées à plus de 100 milliards de dinars. Elles sont, essentiellement, " constituées de dettes internes ", a précisé, M. Bouterfa, ajoutant que la puissance de la production électrique devrait connaître une nette amélioration cette année. Elle augmentera de 6 à 7 % par rapport à l'année écoulée pour se situer autour de 6 500 mw. De quoi satisfaire la demande croissante en électricité, notamment en période de grands froids. Ainsi donc, la prochaine réception de la centrale de Berouaguia avec 500 mw en janvier 2007 et l'entrée en service, bientôt, d'un bon nombre de groupes qui sont en plein réhabilitation actuellement limiteront les délestages auxquels nous n'auront recours que conjoncturellement et sur des périodes très courtes, rassure, M. Bouterfa.

Toufik B.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Jeu 30 Nov - 16:49

Quand on voit ce qu'a posté elchou dans "lire" c'est pas du foutage de gueule ça! on veut exporter de l'électricité vers l'Europe mais on augmente le prix au bled!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nédro57
Actif
Actif


Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 60
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Jeu 14 Déc - 19:58

AUTOROUTE EST-OUEST

7.000 Chinois débarquent en Oranie

Près de 7.000 Chinois sont attendus à Oran. Ils viennent pour prendre part au projet de réalisation du tronçon Mostaganem-frontière Ouest de l’autoroute Est-Ouest.

Ces employés étrangers seront ramenés par la société chinoise CITIC à qui a été confié ce grand projet. Toute la procédure administrative et consulaire a été finalisée pour la venue de ces Chinois à Oran, qui s’ajoutent aux 3.200 déjà employés par les 10 entreprises chinoises activant dans cette wilaya et à Tlemcen.

La particularité pour ces travailleurs de la CITIC est qu’ils bénéficieront d’un seul permis de travail, délivré à Alger, même s’ils auront à intervenir sur les territoires de plusieurs wilayas de l’Ouest, à savoir: Oran, Mostaganem, Sidi Bel-Abbès, Mascara et Tlemcen. Alors que généralement les travailleurs étrangers se font délivrer le permis de travail par la direction de l’Emploi de la wilaya dans laquelle ils exercent.

D’autres dossiers pour la délivrance du permis de travail sont en instance au niveau de la direction de l’Emploi d’Oran pour la venue de la main-d’oeuvre de nationalité chinoise et autres. Autre particularité pour ce projet de l’autoroute Est-Ouest, est l’obligation stricte faite à l’entreprise chinoise de recruter des travailleurs algériens, habitant dans les cinq wilayas où seront implantés les différents chantiers.

Les bureaux de main-d’oeuvre ont été instruits pour préparer les listes des demandeurs d’emploi et les présenter ensuite à la société chinoise. La priorité est donnée aux jeunes résidant dans les localités proches des chantiers.

Mieux encore, il a été proposé à l’entreprise chinoise, lors d’une séance de travail, tenue ces derniers jours, de recruter des apprentis de la formation professionnelle pour les former sur le chantier et bénéficier ensuite d’un diplôme. Selon la réglementation en vigueur, toute société étrangère ou mixte qui s’installe en Algérie est sommée d’avoir un effectif, composé de 60% d’Algériens et entre 30 et 40% d’étrangers. Pour avoir l’autorisation d’exercer dans notre pays, les employés dont la nationalité n’est pas algérienne doivent impérativement avoir un visa de travail, tel que stipulé dans le décret 03/251 du 19 juillet 2003, entré en vigueur en 2004. Le visa touristique et le visa d’affaires ne sont plus des pièces valables pour travailler en Algérie. Le seul laisser-passer légal est le visa de travail qui doit être accompagné d’un permis de travail, délivré par la direction de l’Emploi, selon la loi 81/10 du 11 juillet 81, relative aux conditions d’emploi des travailleurs étrangers et le décret 82/510 du 21 décembre 1982 fixant les modalités d’attribution du permis de travail.

La venue des Chinois en Algérie et le recours à cette main-d’oeuvre a souvent été sujet à polémique pour les jeunes qui se sont sentis lésés et marginalisés du fait que les chances d’avoir un emploi ont diminué avec la présence de ces étrangers. Mais pour la direction de l’Emploi, la priorité est toujours donnée aux Algériens dans une entreprise étrangère, mixte ou de droit algérien ou même national qui emploie des étrangers. La question est étudiée au niveau du ministère de l’Emploi et de la Solidarité nationale. Des négociations sont alors entreprises entre la tutelle et l’employeur sur le quota des effectifs étrangers qui seront autorisés à exercer dans notre pays.

«Le permis de travail est délivré aux personnes ayant le diplôme de technicien et plus si la qualification ou la spécialité demandée n’est pas disponible localement. Pour les travailleurs qui n’ont pas ce profil, ils doivent justifier d’une expérience de plus de dix ans dans le domaine. Le dossier est examiné au niveau central à Alger», explique un responsable de la direction de l’Emploi d’Oran. Au total, elles sont 105 entreprises étrangères de plusieurs nationalités qui sont implantées à Oran dont 3 françaises, 3 turques, 3 égyptiennes, des italiennes, des belges, des russes, des jordaniennes, des japonaises... qui emploient 6.252 étrangers. C’est le secteur du BTPH qui compte la masse ouvrière la plus importante, vient ensuite le secteur des hydrocarbures dans la zone industrielle d’Arzew et celui de l’industrie dans les zones industrielles de Hassi Ameur et Es-Sénia.

Quant aux sociétés nationales privées, elles comptent 143 employés étrangers. 800 Japonais, employés par la société japonaise IHI ont achevé leur travail dans la zone industrielle d’Arzew et quitté le pays ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meria
habitué
habitué


Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Jeu 14 Déc - 21:15

SALAM A TOUS,
où peut-on se renseigner sur les prix (vente)des appartes ou maisons au bled region ghazaouet tlemcen.
Si possible les prix en euro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medromi
Admin


Nombre de messages : 3523
Age : 43
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 0:14

Meria a écrit:
SALAM A TOUS,
où peut-on se renseigner sur les prix (vente)des appartes ou maisons au bled region ghazaouet tlemcen.
Si possible les prix en euro

Alors là bonne question Méria, je ne pense pas qu'on puisse trouver ca kekpart vu qu'il n'y a pas vraiment d'agence immobiliere ds notre coin celui qui veut vendre s'appui plutot sur le bouche à oreille, mais j'ai entendu dire qu'a nédroma bcp de maison ce chiffre en millards de dinar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nédro57
Actif
Actif


Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 60
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 0:23

Bonjour Meria, content de te relire. Moi, je peux te vendre une maison à Djebala, qui se trouve carrément dans les djbels, loin de la mer mais située dans un endroit très calme et paradisiaque. Il n'y a pas de voitures qui y circulent. On y entend l'eau de la source qui s'écoule lentement ainsi que les grillons. On y trouve d'excellents karmosses et de délicieuses hendiyas. En tant que forumiste des amis de Médroma, je te ferais une remise de 20%, c'est pas mal non ! :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medromi
Admin


Nombre de messages : 3523
Age : 43
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 0:29

Nédro57 a écrit:
Bonjour Meria, content de te relire. Moi, je peux te vendre une maison à Djebala, qui se trouve carrément dans les djbels, loin de la mer mais située dans un endroit très calme et paradisiaque. Il n'y a pas de voitures qui y circulent. On y entend l'eau de la source qui s'écoule lentement ainsi que les grillons. On y trouve d'excellents karmosses et de délicieuses hendiyas. En tant que forumiste des amis de Médroma, je te ferais une remise de 20%, c'est pas mal non ! :mdr:

Et on peut marchander le prix de ce paradi ? On fait comme avec le marchand de tapis :roll: :roll: :roll:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meria
habitué
habitué


Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 0:50

J'y soui serrieuse pourquoi ti t'moque?,, :!:
Sinon la pêche Nedro??????????????
Moi, el hadoullah, du nouveau ou plutôt un nouveau :confused: (si ti vois c'que j'veux dire )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medromi
Admin


Nombre de messages : 3523
Age : 43
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 0:58

Meria a écrit:
J'y soui serrieuse pourquoi ti t'moque?,, :!:
Sinon la pêche Nedro??????????????
Moi, el hadoullah, du nouveau ou plutôt un nouveau :confused: (si ti vois c'que j'veux dire )

C'est un jeu on doit deviner ?

Un nouvo souffle ?
Un nouvo dragon ?
Un nouvo naila ?
Un nouvo chauffage ?

J'ai bon dis méria, j'ai bon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meria
habitué
habitué


Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:00

Continue, tu y es presque :?:
Non, j'ai pas trouver le smiley avec la tétine ( si ti vois s'que j'veux dire) :ange:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sabri
Membre VIP
Membre VIP


Masculin
Nombre de messages : 1963
Age : 45
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:01

nouveau ecran plasma?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minaminou
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 6802
Age : 25
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:02

un pti bébéééééééééééééééééééé mabrouk 3alik :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medromi
Admin


Nombre de messages : 3523
Age : 43
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:03

sabri a écrit:
nouveau ecran plasma?


Mais non sabri elle a parlé d'une tétine..........................................................................

Ah oui je vois c'est de Kojak dont elle parle :roll: :roll: :roll:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meria
habitué
habitué


Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:03

Naila :twisted: me hantera toujours sur le net prévient moi si je doit repartir :contre:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meria
habitué
habitué


Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:09

minaminou a écrit:
un pti bébéééééééééééééééééééé mabrouk 3alik :D
LLah y barek fik
et bonne nuit :rose:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medromi
Admin


Nombre de messages : 3523
Age : 43
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:11

Meria a écrit:
minaminou a écrit:
un pti bébéééééééééééééééééééé mabrouk 3alik :D
LLah y barek fik
et bonne nuit :rose:

Pffff t nulle mina on voulait faire durer le plaisir on l'avait deviné banane.

Mabrouk aâlik khti méria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minaminou
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 6802
Age : 25
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 1:12

fait pas genre t'avais deviné moi je sais que t pas tres fute fute alors arrete de mentir c pas bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 13:15

Meria a écrit:
minaminou a écrit:
un pti bébéééééééééééééééééééé mabrouk 3alik :D
LLah y barek fik
et bonne nuit :rose:
Bonjour méria contente de te relire et toutes mes félicitations!! :bravo: :pour:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meria
habitué
habitué


Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Ven 15 Déc - 16:30

Merci, c'est gentil
bonne continuation et bon courrage à tous et tâalaw f'ouledkoum si vous en avez!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fatiha
célèbre
célèbre


Féminin
Nombre de messages : 8148
Age : 58
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Lun 29 Jan - 16:06

Habitat

Les entrepreneurs algériens veulent s’unir contre les Chinois



Le colossal projet de réalisation d’un million de logements d’ici l’horizon 2009 n’arrête pas de susciter encore des « convoitises » et de provoquer le mécontentement des opérateurs locaux qui voient d’un très mauvais oeil «l’accaparement» des chantiers par les entreprises étrangères et les grandes sociétés publiques.

L’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) n’hésite pas à pointer du doigt le nouveau code des marchés qui régit le secteur du bâtiment et qui favoriserait d’après elle les entreprises étrangères au détriment des nationaux. L’argument est de taille, estime le président de cette association qui englobe à elle seule plus de 400 entreprises privées du bâtiment. «Le nouveau code des marchés n°02/250 du 24/07/2002 est en tarin de tuer à petit feu la PME algérienne relevant du BTPH », a indiqué hier le président de l’AGEA, M. Mouloud Kheloufi, en soulignant que « tout a été pensé pour écarter les entreprises locales dans la réalisation des logements et autres infrastructures de base à travers le pays». Le plus grand «écueil», estime encore ce responsable, c’est les avis d’appels d’offres qui semblent être destinés uniquement aux grandes entreprises (publiques algériennes ou étrangères) vu la consistance et la taille de chaque projet.

«L’entreprise (privée) ne peut pas réaliser seule de tels projets qui nécessitent des moyens énormes », se cabre le président de l’AGEA, ce qui fait, argumente-t-il, que les projets sont toujours confiés après ouverture des plis à des « colosses » qui se constituent de surcroît en consortiums très puissants.

Partant du constat que 60% du tissu de la petite et moyenne entreprises est issu du secteur du bâtiment, le patron de cette association n’est pas optimiste quant à l’avenir de ces entreprises qui ont, dit-il, reconstruit le pays dans les pires moments de son existence. Cet avis n’est pas partagé par un responsable au ministère de l’Habitat qui a brandi pour sa part l’impérative nécessité de finaliser le programme présidentiel à la date fixée par le chef de l’Etat. Sans le dire explicitement, ce responsable qui a voulu rester dans l’anonymat, pense que les entreprises locales sont loin, très loin des performances des Chinois par exemple.

A son tour, le président de l’AGEA un peu « excédé » par la réflexion de ce responsable dira que si les entreprises privées algériennes facturaient comme les Chinois, à savoir de 25 à 30.000 DA le mètre cube du béton, les infrastructures et les bâtiments pousseraient en Algérie comme des champignons. D’après lui, il existe certes un manque terrible en matière de main-d’oeuvre qualifiée dans le secteur du BTPH, mais on apprend, dit-il, très vite quand on est bien rémunéré. Pour faire face à la concurrence étrangère et aux grandes entreprises publiques, l’Association générale des entrepreneurs algériens appelle toutes les entreprises du secteur privé du BTPH à se constituer en « groupement » et se propose même de coordonner et de parrainer cette nouvelle orientation.

Z. Mehdaoui
Quotidien d'oran

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelles d'ALGERIE   Aujourd'hui à 9:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelles d'ALGERIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouvelles normes bagages départ des USA??
» alterarosa : 32 nouvelles roses
» " Lâchez prise ! " ( nouvelles clés )
» plein de nouvelles plantes
» Nouvelles de kimi et Maïs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ami(e)s de Medroma et sa région :: Les ami(e)s de Medroma et sa région-
Sauter vers: