Forum Cultures, Traditions et Echanges sur la région de Tlemcen
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les 10 mensonges de Mme de Panafieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aquarelle
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Féminin
Nombre de messages : 503
Age : 52
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Les 10 mensonges de Mme de Panafieu   Mar 26 Fév - 14:13

I. Il n’y aura pas d’augmentation de la fiscalité

Françoise de Panafieu a rendu public, dimanche 20 janvier, lors de l’émission Ripostes, le chiffrage de son projet. Verdict : + 850 M€ de dépenses nouvelles en fonctionnement. Dans ces conditions, comment peut-elle soutenir qu’elle n’augmentera pas la fiscalité ? Augmenter de 850 M€ les dépenses de fonctionnement représente une augmentation de 15 % et suppose de trouver une recette équivalente. Or, les dotations de l’Etat augmentent d’environ 1 % par an et les droits de mutation sont budgétés à 850 M€, soit proche de leur niveau maximum (900 M€).

L’argument évoqué par FdP est qu’elle « fera des économies ». Et pour illustrer son propos, elle recourt à cet argument récurrent selon lequel nous aurions dépensé 1,8 M€ pour bouleverser la voirie parisienne. D’où vient ce chiffre ? Il ne correspond strictement à rien. Entre 2001 et 2007, les investissements de la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) se sont élevés à 1,58 milliard d’euros, mais ils incluent notamment l’éclairage des rues, l’entretien des ponts, l’abaissement des trottoirs pour les personnes à mobilité réduite, la couverture de plusieurs tronçons du périphérique ainsi que l’aménagement du tramway des Maréchaux. Madame de Panafieu fera-t-elle « des économies » sur ces différents postes ?


II. 3,4 Mds d’investissements en 6 ans

Elle annonce 3,4 milliards en investissement, répartis en 4 priorités (logement pour 35 % du total ; transports pour 25 % ; équipements publics pour 25 % et grands projets pour 15 %). Mme de Panafieu privilégie donc un retour à une politique de sous-investissement, renouant en cela avec le tiberisme municipal. Rappelons que nous avons investi 7,7 milliards entre 2001-2008 et que nous prévoyons entre 6 et 7 milliards entre 2008-2014.

Mme de Panafieu dit qu’elle consacrera 25 % aux nouveaux équipements soit 850 M€ par an, ce qui est totalement ridicule. A titre d’exemples, les opérations actuellement lancées (votées au budget) pour la seule direction des affaires scolaire représentent 186 M€ pour l'enseignement supérieur (Sorbonne, Ecole Boule...), 322 M€ pour les établissements du premier dégré et 150 M€ pour ceux du second degré soit - déjà - un total de 658 M€.
Les 30 ha devraient coûter 100 M€. On est déjà à 758 M€. Il ne restera donc pas grand-chose pour les crèches, les centres d'animation, les équipements sportifs et culturels, les pépinières d’entreprises .....

On ne voit pas non plus comment, dans le cadre d’un tel budget, elle pourra financer les dépenses pour grosses réparations, (c'est à dire l'entretien de la voirie et des bâtiments municipaux) qui sont demandées avec insistance chaque année par les maires d'arrondissement ; cela représente à minima 784 M€ sur la mandature (voirie, crèches, écoles, équipements culturels, églises, etc.), soit 23 % de son budget total.

Prévoir de ne consacrer que 850 M€ aux transports publics laisse songeur quand on indique comme priorité le prolongement de la ligne 14, la réalisation du Métrophérique, la réalisation de 20 parkings souterrains, etc.
III. Le tramway

Mme de Panafieu profère une double contre-vérité sur ce dossier :
- elle dit, dans son interview de la semaine dernière dans l’Obs Paris, avoir voté pour le prolongement du tramway jusqu’à la porte de la Chapelle : c’est faux (l’UMP s’est abstenue).
- Elle dit qu’elle réalisera l’extension du tramway comme prévu ; or, elle ne prévoit dans son projet que 850 M€ d’investissements sur les transports urbain (25 % de 3,4 Mds), alors même que la réalisation de la prolongation du TME représente à lui seul 720 M€. On peut donc douter fortement de l’engagement de l’UMP de prolonger le tramway dont le mot ne figure d’ailleurs même pas dans son projet.


IV. Les couloirs de bus

Le projet rendu public par l’UMP évoque leur ouverture « à tous les véhicules en dehors des heures de pointe ». Madame de Panafieu a depuis précisé qu’il s’agissait d’une erreur et que seuls les véhicules propres étaient concernés. Pourtant, la même « erreur » figure également sur son site de campagne, dans le commentaire de « l’image de sa semaine ». Question : comment les forces de police, chargées du respect des couloirs de bus, reconnaîtront qu’une voiture est hybride ou non ?


V. La production de logements sociaux et le respect de la loi SRU.

Ce que dessine le projet de madame de Panafieu, c’est le renoncement programmé aux objectifs de la loi SRU. Elle doit l’assumer clairement. En effet, ni son document projet, ni son site de campagne, ne comprennent d’engagement chiffré en matière de logement social (elle parle de 1000 par an mais ce chiffre n’a été écrit nulle part). Si l’on s’en tient à ces 1000 logements sociaux par an, il faut tenir compte de ce que son projet mentionne noir sur blanc, soit l’objectif de vendre 2500 logements sociaux par an. Est donc programmée une réduction du parc social à Paris. Comment Mme de Panafieu peut-elle dire qu’elle respectera la loi SRU en 2020 ?

VI. La résorption de l’habitat insalubre

Elle prétend que rien n’a été fait faute que la Ville y ait consacrée les moyens suffisants. Rappelons que sur les 1031 immeubles à traiter, 688 le sera en soutenant les propriétaires privés et 343 en acquérant directement les immeubles via une SEM :
- pour les 688 immeubles privés, 81 % ont voté les travaux et 70 % les ont commencés ou achevés ;
- pour les 343 immeubles qui nécessitent une appropriation publique, 83 % ont déjà été acquis et s’engagent dans un processus de réhabilitation lourde.
Il est donc mensonger de dire que la Ville n’aurait traité qu’un tiers du sujet. Tout sera terminé dans 3 ans. Il est particulièrement faux de dire que les choses auraient traîné faute que la Ville y ait consacré des moyens financiers suffisants. Nous avons fonctionné à guichets ouverts. Les obstacles rencontrés tiennent exclusivement aux délais liés aux procédures d’expropriation, au relogement des occupants, au temps mis par les copropriétés privées à voter les travaux.

VII. La politique de rachat d’immeubles
Mme de Panafieu s’est toujours opposée à la politique de rachat d’immeubles privés. Elle a indiqué lors de l’émission Ripostes que : « ces immeubles sont occupés par des locataires ; souvent une population vieillissante qui habite là depuis 20 ans, 30 ans, qui a des petites retraites qui ne peut pas aller dans le logement social mais qui ne peut pas aller dans le privé parce que c’est trop cher. Et la mairie de Paris met à la porte, chasse cette population en première, deuxième et troisième couronne sans lui donner la possibilité de se reloger à Paris sans lui donner la possibilité de se reloger à Paris ».

Double mensonge :
- quand la Ville rachète un immeuble, elle maintient absolument tout le monde dans les logements : ceux dont les revenus les rendent éligibles aux logement social (72 % des Parisiens) voient leur loyer révisé à la baisse pour se conformer aux tarifs du logement social ; pour les autres dont les revenus sont supérieurs, les loyers sont maintenus.
- Les personnes âgées ayant des « petites retraites » sont non seulement maintenues dans les logements mais sont forcément éligibles au logement social.

Mme de Panafieu a cité comme exemple emblématique de cette politique, le cas de l’immeuble de la rue Daubigny acquis en 2002.Rappelons que cet immeuble qui appartenait aux AGF devait être cédé à un fonds de pension américain en vue d’être vendu à la découpe (ce qui aurait à coup sûr jeté à la rue la plus grande partie des locataires). L’acquisition de l’immeuble a donc permis de l’éviter.


VIII. Délai de délivrance d’un permis de construire : Mme de Panafieu prétend que le délai moyen est de 2 ans et que les promoteurs fuiraient la Capitale, dissuadés par ce temps d’attente déraisonnable. Ce délai moyen est en réalité de 5 mois. L’idée avancée par Mme de Panafieu qu’au bout d’un an, toute demande d’un permis de construire n’ayant reçu de réponse aboutirait mécaniquement ne repose tout simplement sur aucun fondement légal.

IX. « Le maire de Paris n’a pas consacré ¼ heure pour rencontrer les maires d’arrdt qui demandaient à le rencontrer » : c’est faux. Il a rencontré à leur demande Jean Tibéri (10 octobre 2001), Michel Dumont (3 février 2003 et 18 septembre 2003), Jean-Pierre Lecoq (8 juillet 2003), Pierre-Christian Taittinger (29 août 2005), Claude Goasguen (à plusieurs reprises dont le 2 décembre 2002), René Galy-Dejean (28 novembre 2007). Que madame de Panafieu ne l’ait jamais accueilli dans le XVIIème, notamment lorsqu’il y vient à l’occasion de ses compte-rendus de mandat, qu’elle refuse de participer, à l’Hôtel de Ville, à la réunion annuelle de programmation des investissements localisés, ne doit pas la conduire à inverser les rôles…

X. Le patrimoine de Mme de Panafieu : elle indique cette semaine dans l’Obs Paris qu’elle l’a mis en ligne sur son site depuis un mois. Comme l’Obs l’a relevé, c’est faux.
Pendant cette campagne, madame de Panafieu parle beaucoup de transparence. Pourquoi refuse-t-elle de se l’appliquer d’abord à elle-même ?


Ce rapport spectaculairement distancié avec la vérité finit par poser un vrai problème, comme l’a également illustré cette séquence édifiante de l’émission « Riposte » sur les tests ADN où elle assure à trois reprises qu’elle a voté « contre » cette disposition, avant d’admettre, quelques minutes plus tard, qu’elle n’était pas venue à l’Assemblée le jour du vote…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qlq1
Membre VIP
Membre VIP


Masculin
Nombre de messages : 2792
Age : 49
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Les 10 mensonges de Mme de Panafieu   Sam 1 Mar - 2:16

b] bon la ; kan tu dis (M ) est ce million ou milliard !!? désolé g preté ma calculatrice a un artisan de poterie de BIDER vu kil a une cargaison de cruches pour les rebelles du FARC bzert il é lui aussui dans le coup c lui l'intermidiaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquarelle
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Féminin
Nombre de messages : 503
Age : 52
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Les 10 mensonges de Mme de Panafieu   Dim 2 Mar - 20:13

!!! Sincèrement je n'ai rien compris à votre post ...Désolée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
qlq1
Membre VIP
Membre VIP


Masculin
Nombre de messages : 2792
Age : 49
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Les 10 mensonges de Mme de Panafieu   Dim 2 Mar - 22:26

Aquarelle a écrit:
!!! Sincèrement je n'ai rien compris à votre post ...Désolée...


sorryyy madame , comme vous voyez il etait tard quand j'ai répondu a votre post , a cette heure ci , j'avais épuisé toute(ma gourde) de sérieu j'ai voulu juste régoler un peu j'avais pas l'intention de poluer votre post , j'aime bcp lire sur le finance et l'economie je regarde aussi BLOMBERG ,CNBC arabia , ASIA BUSNESS....... (entre nous je suis nul en économie)


bon la je vous présente un extrait du journal LIBERTE sur la loi de finance pour 2008 :

Répondant aux députés qui, durant les débats sur le projet de loi de finances, ont demandé des explications au gouvernement sur le prix de référence de 19 dollars le baril alors que le cours du pétrole a dépassé les 90 dollars sur les marchés pétroliers mondiaux, le grand argentier du pays précise qu’en fait “les dépenses publiques s’appuient sur un prix du pétrole qui dépasse les 70 dollars le baril”. M. Karim Djoudi affirme que le recours à 19 dollars comme prix de référence s’explique par le souci du gouvernement de sécuriser les dépenses d’équipements publics d’éventuels retournements brutaux de la conjoncture du marché pétrolier. Il ne faut pas publier, souligne-t-il, “la crise pétrolière des année 86 que l’Algérie a connu”. Le gouvernement de l’époque, raconte-t-il, en raison de l’indisponibilité de l’épargne publique était obligé de revoir le plan quinquennal et la capacité d’importation était très réduite. “Nous ne devons plus revivre la même situation”, estime le grand argentier du pays. C’est pour cela qu’a été créé le Fonds de régulation de recette. Le solde du ce fonds au 28 octobre 2007 est estimé à 3 546 milliards de dinars. “Ce fonds constitue aussi une mesure de lutte contre l’inflation”, ajoute le ministre des Finances. Le grand argentier du pays affirme que “le système fiscal algérien est un des plus attractifs, du bassin méditerranéen”. La pression fiscale est estimée à 5,3% alors qu’elle est de 10,5% en France, 9,5% au Maroc et 6,8% en Tunisie. Concernant les fonds spéciaux, une question soulevée par plusieurs députés, le ministre des Finances annonce l’existence de 66 comptes spéciaux. Au cours de cinq dernières années, 8 comptes spéciaux ont été fermés à la faveur des lois de finances. Concernant la dette interne, estimée à 1 780 milliards dinars à fin décembre 2006, le grand argentier du pays évoque la poursuite de son remboursement par anticipation pour atteindre 500 milliards de dinars en 2008. Concernant le financement des projets dans le cadre de l’emploi de jeunes, le nombre de projets fiancés par les banques est évalué à 39 000 pour un montant de 124 milliards de dinars, ce qui a permis la création d’environ 230 000 postes de travail. Cependant, le taux de remboursement des crédits ne dépasse pas les 50%. Dans ce cadre, M. Djoudi annonce la mise en place d’un nouveau mécanisme. Au sujet de l’assainissement des entreprises publiques, le ministre des Finances affirme que 206 entreprise étaient financièrement déstructurées et dont le traitement exige une enveloppe de 60 milliards de DA dont une grande partie, environs 52 milliards, représente les découverts bancaires et plus de 7,6 milliards comme soutien financier. Le ministre du Commerce, El-Hachemi Djaâboub, a souligné que l’annulation du seuil minimum du capital social des sociétés importatrices et la levée de la mesure relative à l’interdiction, aux entreprises publiques, de déposer leur fonds dans les banques privées, est à même de faciliter l’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Répondant mardi soir aux interventions des membres de l’APN dans le cadre du débat sur le projet de loi de finances pour l’exercice 2008, M. Djaâboub, repris par l’APS, a indiqué que la disposition relative au capital des sociétés importatrices, tout en représentant une entrave à l’adhésion de l’Algérie à l’OMC,, n’a pas réduit le taux des importations de l’Algérie, contrairement à ce qui a été prévu lors de sa promulgation en 2005. Le ministre du Commerce a précisé que le volume national des importations avait atteint 19 milliards de dollars en 2005, pour passer à 21 milliards de dollars après l’imposition du capital social, ce qui explique, a-t-il dit, “l’inutilité d’imposer cette disposition de loi car elle entrave l’adhésion de l’Algérie à l’OMC”. S’agissant de la préoccupation exprimée par certains députés à propos de la qualité de la pomme de terre importée, M. Djaâboub a souligné que les quantités impropres à la consommation sont celles qui ont été stockées par leurs importateurs dans des dépôts au lieu de chambres froides, indiquant qu’elles ne dépassent pas 1 000 tonnes sur un total de 10 000 tonnes importées. Quant au prix de la pomme de terre qui n’a toujours pas été revu à la baisse, le ministre a précisé qu’il est dû à la forte demande sur ce produit indiquant que “nous avons importé 100 000 tonnes et avons encore besoin de 100 000 autres tonnes pour faire baisser les prix”. Le ministre a, par ailleurs, annoncé la tenue prochaine d’un conseil interministériel sur le prix du blé dur. En réponse à une question sur la liquidation du foncier agricole, à l’occasion du débat à l’APN, mardi soir, du projet de loi de finances 2008, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, cité par l’APS, a indiqué que “les domaines agricoles publics ne seront cédés ou exploités que dans le cadre du système de concession”, ajoutant que “tous ceux qui en disposent autrement seront poursuivis en justice”. M. Barkat, en évoquant la pomme de terre, a précisé que la crise que connaît actuellement le pays “est conjoncturelle et mondiale” attribuant la flambée des prix de ce produit “aux attitudes suspectes et parasitaires de certains spéculateurs”. S’agissant de la production du lait, le ministre a critiqué les transformateurs industriels qui n’exploitent pas le lait produit localement et s’appuient entièrement sur la poudre de lait importé. Le ministre a relevé au passage le faible financement des fonds de développement agricole, citant, à titre d’exemple, le budget consacré au secteur agricole qui ne représente que 3% du budget global, bien que le secteur contribue avec près de 10% du produit intérieur brut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les 10 mensonges de Mme de Panafieu   Aujourd'hui à 19:31

Revenir en haut Aller en bas
 
Les 10 mensonges de Mme de Panafieu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les jolies fleurs de mai !
» Le plus gros mensonge des USA ...
» Echange de courriels avec Lévriers en détresse
» Le don d' organes ... bien y réfléchir
» M6 bafoue la vérité au sujet de nos chiens, STOP AUX MENSONGES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ami(e)s de Medroma et sa région :: Les ami(e)s de Medroma et sa région-
Sauter vers: