Forum Cultures, Traditions et Echanges sur la région de Tlemcen
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les camps de concentration‏

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aquarelle
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Féminin
Nombre de messages : 503
Age : 52
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Les camps de concentration‏   Lun 13 Avr - 17:52

La France coloniale a employé tout au long de sa présence en Algérie différents moyens de torture, de répression et d'éxactions contre le peuple algérien. Ces pratiques pour leur férocité et barbarie dépassaient ceux en usage dans les camps de détention nazis durant la seconde guerre mondiale. Il est fait recours à ces pratiques dès le déclenchement de la guerre de libération en 1954, on peut citer parmi les mesures qui vont participer à la recrudescence de cette "violence légalisée" :
- Les décrets sur "l'état d'urgence " ( Avril et Août 1955).
- La loi relative aux "pouvoirs" spéciaux" (16 Mars 1956).
- Le décret du 17 Mars 1956 attribuant au Ministre résident, Robert Lacoste " des pouvoirs exceptionnels".
- L'arrêté interministériel du 07 Mai 1956 signé Robert Lacoste, confiant la responsabilité du maintien de l'ordre à l'armée.
- L'arrêté préfectoral, signé en Janvier 1957 par le Préfet Serge Barret, transfère la totalité des pouvoirs de police à l'autorité militaire dans le département d'Alger donc au Général Massu.


C'est ainsi qu'a été élaboré un système répressif basé sur l'emploi de la torture et de l'isolement psychique. Toutes les violences illégales ont été exercées au nom de " l'Algérie Française ", dans le cadre d'une stratégie de répression massive dont l'objectif était d'assurer la pérennité du système colonial dans l'anéantissement de toute forme de contestation à caractère nationaliste en Algérie.
Ces violences vont bénéficié de complicités multiples dans les rouages institutionnels de l'Etat Français. Face à un peuple affichant clairement sa volonté de libération sous l'égide du FLN, l'armée coloniale détentrice des pouvoirs spéciaux et autres mesures d'exception, va user de tous les moyens de violence et de terreur pour s'assurer la victoire à moindre risque.
Elle opta à partir de décembre 1956 pour un système de répression massive qui fait du conflit ; "une guerre totale, sans distinction entre civils et militaires". De nouveaux mécanismes de répression et de contrôle sont mis en place pour parer au nombre de plus en plus croissant de "suspects" et les arrestations s'intensifient.
Des camps de regroupements et autres centres de détention sont ainsi érigés sur l'ensemble du territoire. Quand les suppliciés ont la chance de ressortir vivants des "laboratoires", ils sont dirigés vers les camps de concentration, appelés Centre de Tri et de Transit (C.T.T) ou Centre d'hébergement (C.H).
Ces centres, en réalité, ont été créés dans le but bien précis de couper l'ALN de ses bases à l'intérieur du pays, par un déplacement des populations d'une ampleur inégalée. Des villages entiers sont déplacés et regroupés dans des camps, leur territoire devant un terrain de chasse pour les troupes françaises, sortes de vastes zones interdites où tout individu
présent est nécessairement un "Rebelle". Le but de l'opération est de regroupement de gré ou force les populations dans l'optique bien évidente de mieux les contrôler et surtout pour les humilier.
Ainsi un homme auquel on enlève tout : sa terre, sa maison et ses biens et qu'on oblige à aller dans un camp où les pires sévices (physique et mental) l'y attendent est réduit à néant. Cette assignation d'espace est une véritable redéfinition du territoire algérien fondée sur les notions d'amis et d'ennemis.
Ces centres de tri et de transit ainsi que ceux d'hébergement étaient aussi des lieux de torture ou étaient rattachés à un centre d'interrogatoire. Les algériens détenus sur place étaient interrogés au niveau du centre de transit ou d'hébergement ou alors ils arrivaient d'un centre d'interrogatoire officiel ou clandestin. Aucun d'eux ne passera jamais par un tribunal et beaucoup mourront dans des conditions plus qu'inhumaines, qui sous la torture qui de maladie et d'humiliation.
Ces centres de Tri et de Transit (CTT) étaient géographiquement répartis comme suit :
- Oranie : 34.
- Algérois : 63.
- Constantinois : 41.

Quant aux centres d'hébergement (C.H) :
- Oranie : 04.
- Algérois : 05.
- Constantinois : 01. Ces camps font partie de l'Histoire déjà longue du peuple algérien. Ils racontent l'oppression française exercée par ces services répressions :
- Direction de la surveillance du territoire (DST).
- Centre de coordination interarmée (CCI).
- Dispositifs opérationnels de protection (DOP).
- Dispositifs de protection urbains (DUP).
- Centres de renseignements et d'action (CRA).
- Offices de renseignements (O.R) etc....

Tout le système répressif créé en Algérie par la France coloniale n'a été mis en place que pour flatter l'égo français, qui n'arrivait par à accepter son impuissance face à une volonté algérienne de plus en plus inébranlable, mais aussi pour tenter vainement de rallier le peuple algérien à ses côtés. Un peuple qui voulait une Algérie libre et indépendante. Un peuple qui finira par vaincre l'une des plus puissantes armées du monde.
C'est par ses luttes, ses sacrifices, ses souffrances et ses deuils que l'Algérie a reconquis son indépendance après 132 ans d'occupation féroce.
______________________________________________________

En effet, à force de parler uniquement de la guerre d'algérie de 54-62, on a l'impression que l'histoire de l'Algérie ne se résume qu'à cette période!
Le génocide commis par la France, ayant accompagnés les guerres de conquete du territoire, se chiffre en millions de morts (près de la moitié de la population de l'époque pour certains!). Plus près de nous: rien que pour les journées du 8 mai 45, quelques 45 000 algériens furet décimés!!! Mêmes les nazis n'ont pas fait pareil en l'espace de quelques jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les camps de concentration‏
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRE VRAIE D'UN SURVIVANT DES CAMPS DE LA MORT
» Quand tout fous le camp...
» Rallye 2009 région beaumont - Chimay - Couvin
» Premier stage survie avec son chien
» Camp d'ete Alter Echo a Calais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ami(e)s de Medroma et sa région :: Les ami(e)s de Medroma et sa région-
Sauter vers: