Forum Cultures, Traditions et Echanges sur la région de Tlemcen
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L’inceste en Algérie.(suite et fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aquarelle
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Féminin
Nombre de messages : 503
Age : 52
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: L’inceste en Algérie.(suite et fin)   Jeu 30 Avr - 21:59

Chantage et manipulation : filles et mères dans la même galère
Le doute persiste aussi quand l’inceste se traduit en caresses et attouchements. Comment le prouver matériellement ? C’est au médecin légiste, quand il est sollicité, d‘établir son constat de traces de violence quand elles existent. Le magistrat quand il est saisi instruit l’affaire mais voit dans les parents le plus sou-vent divorcés, un chantage, une manipulation des enfants à des fins personnelles. Devant l’absence de faits matériels, le juge ne peut pas trancher et prononce la relaxe du père qui profitera du bénéfice du doute. En cas de couple uni cela se passe différemment. Dans ce genre de situation, la mère est prise en sandwich, elle sera la mère tampon entre sa progéniture victime d’actes incestueux et l’agresseur qui est son époux. Ainsi pour éviter l’effritement et la faillite de la famille, on invoquera toute sortes de subterfuges et d’alibis : s’il s’agit d’une fille mineure ses déclarations sont à mettre sur le compte d’un énième mensonge ou considérées comme celles d’une adolescente en mal de fantasmes.
Comme le scandale n’arrange personne, le mari sera épargné le plus longtemps possible. Accompli dans la violence, la séduction, le chantage ou l’influence éthylique, l’inceste pratiqué dans la fratrie ou entre le père et sa fille "se situerait aux confins d’une crise multidimensionnelle et de la pathologie psychiatrique", constate le docteur Ben Abdellah qui s’est penché ans le cadre de son travail d’expertise psychiatrique requise par la justice sur l’origine sociale, la profession et le profil psychologique des incestueux. Sur l’ensemble des cas qu’il a eus à observer, deux se sont produits entre frères et sœurs. Il s’agissait de familles de fonctionnaires qui avaient tendance à surprotéger leurs enfants de l’environnement extérieur de peur de mauvaises fréquentations. Les mineurs lycéens profitant de l’absence des adultes donneront libre cours à leurs instincts.
Mis devant le fait accompli de grossesses dépassées, les parents n’avaient d’autre choix que de se remettre à la justice. Pour les 20 cas de pères incestueux, quatorze étaient dans un état d’ébriété. Trois ont nié tout contact, même avec des faits accablants. Trois autres accusent leurs filles d’être les instigatrices de l’inceste, profitant de l’absence du lit conjugal depuis de nombreux jours d’ailleurs, avoueront-ils, ils n’avaient jamais trompé leurs épouses auparavant. Ils en gardent une forte charge de culpabilité. L’origine rurale des auteurs de relations sexuelles avec leurs filles est prédominante, dans le panel étudié : 17 ruraux contre 3 citadins.
Le même constat peut être fait pour la profession : 17 fellahs et 3 commerçants en alimentation générale La perspective analytique suivie par le Dr. Ben Abdelah des situations observées, montre que la plupart des individus abuseurs éprouvent une détresse psychologique et adoptent des comportements expressifs et révélateurs de personnalités malades et perverses. La plupart des relations sexuelles dans la fraterie ou entre pères et filles se sont traduits selon le scénario oedipien. "Des pères incestueux montraient une immaturité affective avec une fixation intense à la mère toute puissante. Ainsi malgré une virilité apparente, ces pères se conduisaient en chef de clan qui disposent de ses nombreux enfants mais ne trompent jamais leur femme (...)". Nous avons affaire ici au profil typique d’inceste "des-potique souvent facilité par des attitudes éthyliques. Le père buveur d’alcool utilise ses filles comme des objets à sa portée quand il est ivre.

Mais il arrive qu’il soit rejeté par sa femme et la remplace par ses substituts : ses filles". Les relations mères filles sont moins fréquentes. Trois cas seulement ont été portés à la connaissance du praticien et enregistrés en consultation. "Les abuseurs au nombre de deux se plaignaient de troubles schizophréniques et un autre d’insuffisance mentale de type débilité profonde" signale le psychiatre expliquant ces situations par la non-résolution du complexe d’Oedipe. Pour lui, la résolution ou non de ce complexe tient en grande partie, de la façon dont le père et la mère tiennent leur rôle et gèrent leurs relations avec leurs enfants. "La carence, voire l’occultation de l’éducation sexuelle dans les écoles et au sein des familles peuvent rendre l’interdit de l’inceste peu opérant ou sujet à des défaillances", tient-il à avertir. Et d’ajouter que la transgression des interdits et de l’inceste en particulier existe depuis la nuit des temps et aucune société n’est épargnée.
Des facteurs socioéconomiques, culturels et psychiques interviennent dans l’apparition de ce genre de situations paradoxales et marginales auxquelles la société se doit d’apporter des réponses pénales ou thérapeutiques. L’étude du docteur Ben Abdellah concentrée sur une zone géographique donnée pour des raisons de commodités professionnelles, même si elle n’est pas exhaustive peut constituer un panel représentatif offrant un concentré de causes produisant les mêmes effets partout où des cas d’inceste déclarés ou tus sur l’ensemble du territoire national. Ces crimes abominables, surtout s’ils sont commis sur des enfants, ne sont pas une pratique exclusive des gens et des alcooliques. L’inceste ignore et enjambe les conditions sociales et professionnelles, même si les chiffres dont nous disposons mettent en cause avec une grande fréquence une certaine catégorie sociale. Relégué au rang d’épiphénomène et couvert par le silence, l’inceste n’arrive pas à constituer chez nous un débat de société, celle-ci se contentant d’apporter la réponse pénale et coercitive fixée par le législateur.
La plus grande émotion, voire le deuil que provoquent les scandales incestueux au sein des familles et la crainte de les fragiliser davantage motivent le silence et le ton allusif de la société et des institutions. Mais que sait-on de la détresse sociale et psychique des femmes sujettes souvent, dans leur enfance ou adolescence, à de tels abus ? Selon C. Barois, psychanalyste et psychiatre dans son article publié dans un ouvrage collectif " Les traumatismes de l’inceste, l’inceste entraîne des traumatismes affectifs et psychiques chez les personnes incestées qui se plaignent de désordres affectifs, voire somatiques semblables à ceux décelables chez les victimes de viol : craintes phobiques, deuil perpétuel.
http://www.algerie-dz.com/article23.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BZER
célèbre
célèbre


Masculin
Nombre de messages : 4125
Age : 43
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: L’inceste en Algérie.(suite et fin)   Sam 2 Mai - 17:54

Citation :
2e cas : L. A. a 50 ans, maquignon de profession, il est père de six filles. Son épouse âgée de 45 ans paraissait plutôt vieille à cause de ses nombreuses grossesses, à la recherche du garçon, mais en vain. La maman au champ, L. A. se retrouve souvent seul avec Zineb, l’une de ses filles, âgée de 17 ans, la seule qui n’est pas scolarisée et une relation sexuelle s’établit. Profitant de l’absence répétée du restant de la famille, le père recommence à deux reprises tout en récompensant sa fille de quelques cadeaux. Pendant les vacances scolaires, les sœurs s’aperçoivent lors d’un jeu que Zineb était enceinte. Le père incestueux est démasqué mais aucune plainte n’est déposée. Un soir, la mère fera justice, elle-même en poignardant mortellement son époux. Elle sera déférée devant la justice et écrouée. La fille, quant à elle, sera remise en liberté provisoire et mettra au monde un bébé prématurément qui décédera deux jours plus tard. Ainsi, la vengeance criminelle déstabilisera davantage la famille

Wallah elle a raison What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lagazettedeconstantine.com
Aquarelle
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Féminin
Nombre de messages : 503
Age : 52
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: L’inceste en Algérie.(suite et fin)   Jeu 7 Mai - 22:29

Ce sont des cas encore ignorés par beaucoup dans le sens où les moeurs sont là pour faire en sorte de faire croire le contraire voire même incriminer les victimes!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’inceste en Algérie.(suite et fin)   Aujourd'hui à 3:02

Revenir en haut Aller en bas
 
L’inceste en Algérie.(suite et fin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La royale suite 95 double!!!Photos bas p.1
» MORT de mes poissons suite à traitement avec EKTOL de JBL , POURQUOI ??
» Catastrophe à l'Ile de Ré suite à la tempête Xinthia
» tremblement suite à des décharges électrique.
» Suite au[strike]pied[/strike].....vélo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ami(e)s de Medroma et sa région :: Les ami(e)s de Medroma et sa région-
Sauter vers: